Le synerthon 2016 : un concours pour les start-up !

En 2016, un concours est organisé par 4 grands groupes de plusieurs milliers d’employés : le Synerthon. L’objectif de ce concours est l’élaboration d’une plateforme digitale au sein des entreprises et favorisant l’échange entre tous les collaborateurs. Trois cahiers des charges étaient proposés :

1-Management et organisation de l’entreprise : transformation des schémas classiques tout en gardant un cadre structuré
2-Stratégie et management de la data
3-Culture de la sécurité

 

Politizr candidate !

Politizr répondait aux conditions d’éligibilité du concours et c’est donc avec motivation que les deux co-fondateurs (Thomas Champion et Lionel Bouzonville) se lancèrent dans la réponse au premier cahier des charges. Forts d’une expérience en concertation citoyenne, ils déclinèrent le modèle de fonctionnement de leur plateforme de discussions entre élus et citoyens pour les entreprises. En effet, tout le long du développement de Politizr, la question de l’organisation de la parole était centrale : il s’agissait d’en donner davantage aux citoyens, sans tomber dans le “brouhaha” que peut laisser voir facebook. Il s’avérait que la “transformation des schémas classiques tout en gardant un cadre structuré” avait toujours été au centre de la plateforme, dans le domaine politique.

Néanmoins, un grand groupe ne fonctionne pas comme un système politique et encore moins comme un système démocratique. Il ne s’agit pas de dire qu’aucune décision ne revient à l’employé, ni penser que celui-ci n’est jamais consulté dans la vie de l’entreprise, mais il est vrai que l’implication des employés dans la gouvernance est moindre que dans un système politique dit “démocratique”. Cela dit, des analogies peuvent être faites et c’est le pari qu’ont fait les deux co-fondateurs en répondant à la demande de cette alliance de 4 groupes.

 

Pourquoi Politizr convenait plutôt bien au cahier des charges ?

Le défi posé par le cahier des charges était ainsi résumé : Comment dans un environnement structuré pouvons nous faire preuve d’agilité, sortir des schémas top down et obtenir l’engagement de toute l’entreprise ?

Les objectifs de l’alliance s’inscrivent dans la tendance du bien-être au travail, dans cette prise de conscience par les entreprises que les employés ont besoin de donner du sens à leur travail, mais aussi que les bonnes idées viennent aussi de ceux qui sont confrontés directement aux problèmes (on parle parfois d’une expertise d’usage). Les entreprises semblaient à travers ce cahier des charges insistaient sur l’intelligence collective et le partage des bonnes pratiques. Néanmoins, le fait de garder un cadre structuré était central sans quoi se dessinait le risque d’une telle plateforme de devenir une boîte à idée sans trop de cohérence.

Ces prérogatives semblent finalement avoir beaucoup de points communs avec la démocratie participative, tout du moins comme l’ont expertisé les deux co-fondateurs de Politizr avec l’aide de Maxime Forest, leur consultant en sciences politiques.

Lorsqu’on lit la solution recherchée par l’alliance, on ne peut que penser aussi à ce qu’ambitionne être Politizr pour la démocratie et les élus : “une plateforme digitale de partage des informations, des idées, des bonnes pratiques entre clients, fournisseurs, laboratoires de recherche, start-up, pépinières,…”

 

Politizr pour une entreprise : ça donne quoi ?

Dès lors, le fonctionnement de Politizr pour une entreprise sera ressemblant à celui modélisé pour la vie publique, à la différence près qu’un profil “manager” ou “dirigeant” sera substitué à celui d’élu, et un profil “employé” ou “salarié” à celui de citoyens. De la même façon, les discussions seront publiques ; les managers pourront décrire les décisions prises et échanger entre eux sur leur pertinence, avec les salariés qui auront à ce moment un statut de commentateurs ; un salarié pourra également lancer une idée, être force de proposition de manière argumentée et échanger avec les managers sur son expérience. La plateforme permettra également de remonter à la direction les problèmes que les salariés rencontrent dans l’exercice de leur emploi et à la direction d’expliciter les décisions qu’elle prend dans la transparence.

Politizr a su montrer ses atouts pour montrer son expertise de l’échange constructif et de la concertation, mêlant plus grande participation des acteurs pour favoriser l’implication et cadre structuré nécessaire au maintien d’un dialogue constructif et organisé.

  Open Innovation , Politizr